Archives


View Sentier cathare, France in a larger map

Abandon du projet de marcher le SIA-Québec

Eh oui, ma décision est prise et bien arrêtée, je ne marcherai pas le sentier du SIA-Québec.  Ayant passablement la bougeotte je me dois de trouver une alternative d’autant plus qu’en 2010 c’est un tournant important pour moi en terme..d’âge!  Et comme j’aime marquer ces années importantes je mijote présentement pour trouver quelque chose de beau.  J’aime trop randonner pour ne pas regarder du côté de parcours à faire.  Je sens que je suis sur le point d’arriver à quelque chose mais je veux me donner un peu de temps pour bien planifier cette nouvelle aventure.

Venez de temps en temps jeter un coup d’oeil sur ce blogue et qui sait peut-être y verrez-vous la nouvelle aventure de Paul;-))

Paul

  • Share/Bookmark

Informations pratiques pour le Sentier des Cathares

J’ai pensé que ce serait bien de donner quelques informations pratiques sur les Sentier des Cathares. Alors je consacre ce petit texte exclusivement à ces informations. 

Le Sentier des Cathares relie la ville de Port-la-Nouvelle (département de l’Aude) à la ville de Foix (département de l’Ariège) dans le sud de la France. Il se marche soit d’est en ouest soit d’ouest en est c’est comme on veut. Le sentier est bien balisé en jaune et bleu dans l’Aude et rouge et blanc dans l’Ariège. Personnellement, j’ai comptabilisé 252 kilomètres en tenant compte des visites aux châteaux. 

On peut rejoindre Port-la-Nouvelle par train à partir de Narbonne(compter environ 15 minutes). Dans notre cas, nous avions pris l’avion de Montréal vers Toulouse et de Toulouse nous avons rejoint Narbonne par train et ainsi le lendemain de Narbonne à Port-la-Nouvelle. On peut aussi rejoindre Foix de Toulouse en train (compter environ 1 heure) 

Nous avons utilisé le topoguide suivant: “Le Sentier des Cathares” de la Méditerranée aux Pyrénées – A pied de château en château. Rando- Éditions Juin 2007. Ce topoguide décrit très bien le parcours et donne des références pour l’hébergement. Il ne contient toutefois pas de cartes topographiques du parcours. Nous avions donc acheté les cartes IGN Top 100 au 1:100 000 pour la région; les cartes #173 et #174 couvrent tout le parcours. Elles sont très utiles pour évaluer les dénivellés. 

Nous avions réservé tous nos hébergements au moins deux mois avant notre départ. Inutile de préciser qu’Internet a été l’outil le plus utilisé pour procéder. Étant donné que nous marchons dans la “France profonde”, il faut bien planifier son hébergement. Aussi il faut bien planifier son approvisionnement en nourriture pour la journée car très souvent aucun village ou hameau n’est traversé au cours de la journée; il en va de même pour l’eau car peu ou pas de fontaine publique et même pas de ruisseau dans plusieurs secteurs. Souvent les gîtes d’étape proposent de préparer un pique-nique à des coûts intéressants (7 ou 8 Euros) et ils sont généreux dans la quantité. 

Notre équipement était réduit au minimum car nous savions que nous allions nous héberger soit en chambre d’hôtes (B&B) soit en gîte d’étape. Donc pas de sac de couchage, pas de réchaud, pas de gamelles… Nous prenions nos repas en demi-pension ce qui est très avantageux et souvent peu dispendieux considérant la qualité et la quantité servies aux repas du soir et aux petits-déjeuners. 

Le parcours est en terrain montagneux et aussi en garrigue; il faut donc être bien chaussé. Le sentier est souvent très étroit et en certains endroits s’il pleut il devient très vite couvert de boue. Nous portions des bottes de randonnée. On marche que très peu sur le bitume et c’est surtout en arrivant dans les villages, villes. Les bâtons de marche sont très utiles. Il faut prévoir l’équipement de pluie et des vêtements chaud car en montagne la température peut varier beaucoup. 

Il n’est pas recommandé de marcher ce sentier en juillet et août car les températures dans certains secteurs peuvent facilement atteindre les 40 Celsius; considérant la difficulté pour s’approvisionner en eau cela peut entraîner très vite la déshydratation. Nous l’avons marché du 17 au 31 mai et nous avons rencontré peu de randonneurs; nous avions choisi cette période pour éviter les températures extrêmes mais aussi considérant le fait qu’il y a moins de randonneurs à cette période. 

Notre parcours en chiffres: 

Jour 1: Port-la-Nouvelle à Roquefort-des-Corbières: 11.8kms 

Jour 2: Roquefort-des-Corbières à Durban-Corbières: 18.3 kms (montée totale: 718 m.) 

Jour 3: Durban-Corbières à Embres-et-Castelmaure: 11.2 kms (montée totale: 765 m.) 

Jour 4: Embres-et-Castelmaure à Tuchan: 20.4 kms (montée totale: 854 m.) 

Jour 5: Tuchan à Duilhac-sur-Peyrepertuse: 26.5 kms (montée totale: 1028 m.) 

Jour 6: Duilhac-sur-Peyrepertuse à Camps-sur-l’Agly( Domaine Le Bouchard): 20 kms (montée totale: 657 m.) 

Jour 7: Domaine le Bouchard à Bugarach: 11.5 kms (montée totale: 83 m.) 

Jour 8: Bugarach à Quillan: 24.8 kms (montée totale: 587 m.) 

Jour 9: Quillan à Puivert: 18.5 kms (montée totale: 499 m.) 

Jour 10: Puivert à Belvis: 15.9 kms (montée totale: 438 m.) 

Jour 11: Belvis à Comus: 20.7 kms (montée totale: 474 m.) 

Jour 12: Comus à Montségur: 17.1 kms (montée totale: 457 m.) 

Jour 13: Montségur à Leychert: 20.7 kms (montée totale: 745 m.) 

Jour 14: Leychert à Foix: 15 kms (montée totale: 472 m.) 

Sites Internet sur le sujet: 

 

 

http://www.tour-aventure.com/fr/sejours/L-integrale-du-sentier-Cathare-de-Port-la-Nouvelle-a-Foix/08pinscl/

http://www.sentiersdefrance.com/accueil_fr.php?id=150

http://www.cathares.org/le-sentier-cathare.html

  

Paul et Mireille 

  • Share/Bookmark

Les photos du Sentier des cathares

  • Share/Bookmark

MONTSÉGUR À FOIX (36 kms – total 252 kms)

Au départ de Montségur, ça monte encore pour atteindre plus de 1050 mètres mais par la suite, c’est la descente parfois raide encore dans un sentier de boue puis de cailloux pour arriver à Roquefixade. Ici, le château culmine à plus de 900 mètres mais quelle vue sur le village et sur les sommets enneigés des Pyrénées. On peut même voir le château de Montségur lequel est à plus de 10 kms.

Puis c’est l’arrivée à Foix et son château impressionnant par ses trois tours intactes. Même si c’est la dernière étape, elle aussi se mérite car le sentier après avoir monté au col de Touron (851 mètres) descend en pente raide pour l’arrivée à Foix.

Voilà 14 jours de randonnée dans un cadre des plus beaux que j’aie vu. C’est en montagne et la vraie montagne comme disent nos cousins mais quel plaisir à chaque fin d’étape de se retrouver dans des gîtes ou chambre d’hôtes où on sait recevoir les randonneurs avec de la bonne nourriture, du bon vin et une hospitalité que nous avons su apprécier grandement. De plus, nous avons eu le bonheur de marcher avec notre “QUINTET” favori: Christianne, Jacqueline, Jean-Marc, Julien, et Jesus. Quelle joie aussi de randonner avec Mireille que je salue et à qui je dis à bientôt sur un autre sentier..

La prochaine sortie pour moi sera le SIA-Québec de Cap-Gaspé à Matapédia au début du mois d’août…à suivre donc.

Paul

  • Share/Bookmark

BUGARACH À MONTSÉGUR – (96 kms)

Nous sommes dans les montagnes avec le sommet du parcours à plus de 1350 mètres au Pas de l’Ours et des montées totales de plus de 500 mètres pratiquement à chaque jour. Les randonneurs se ressentent de ces difficultés mais gardent le cap. À Comus, le gîte est un vrai beau gîte de montagne dans une ancienne école communale où les randonneurs sont très, très bien reçus.

Nous passons par les châteaux de Quillan, de Puivert et bien sûr celui de Montségur. Ce dernier étant sans doute le plus “célèbre” car c’est là qu’a eu lieu la résistance au siège de 1240 – 1244 et finalement le bûcher de mars 1244 sur lequel plus de 240 cathares ont péri pour leur croyance.

Après le soleil et la chaleur de plus de 30C à l’arrivée à Puivert, le climat de montagne s’installe avec un certaine fraîcheur (15-20C) et après Comus ce sera la seule journée de pluie de tout le parcours. Par cette journée de pluie, c’est le passage dans les gorges de la Frau (Frau signifie frayeur). On y descend tout au fond sous la pluie, dans la bruine et même les nuages; tout à fait magique! Par contre après une descente qui s’étend sur plus de 2 kilomètres il faut penser que de l’autre côté ce sera la montée sur plus de 3 kilomètres. Le sentier n’est que de la boue qui colle aux semelles des bottes qui deviennent alors lourdes et inefficaces et ça glisse…vaut mieux pas tomber car la pente est raide et tomber peut dire descendre malgré soi. Encore ici, on atteint un sommet de près de 1200 mètres après cette longue montée dans un sentier pentu et de boue.

Paul

  • Share/Bookmark