//-->

Categories

Archives

Jour 52,Houlton (Maine),1000 km

Catastrophe ou simple détour de santé?
C’est la question que je me suis posée suite à une journée d’environ 50km,avec mes nouvelles orthèses,dans la mauvaise direction. Je m’en suis aperçu presque arrivé à Grand Falls,à 2:30 de l’après midi,après avoir marché plus de 4 heures dans la mauvaise direction. Aussitôt,j’essaie d’arrêter les automobilistes dans cette petite rue de campagne pour trouver ma position exacte. Tous me regardent avec un air piteux et les mains dans les airs,“ben tu voies pas que ma décapotable deux places est déjà pleine?!”.. Maudit,me semble que si tu voies un gars te faire des grands signes avec une carte dans les mains,c’est sûrement pas pour te quêter un lift! En général c’est le pouce qui est utilisé pour faire ça,c’est universel,partout à travers le monde! Ça a pris une bonne demi-heure avant que je décide de me pitcher devant une voiture pour que le gars m’explique que j’étais environ 25 km trop au nord! Quoi?! Comment j’ai pu traverser la rivière sans m’en rendre compte? La matinée est passée vite,j’avais même pas déjeûné lorsque j’ai passé la rivière encore tout endormi! J’y ai même fait des photos et un vidéo. Ce qui s’est passé,c’est qu’il y avait des balises sur une partie du sentier de 4 roues,mais pas sur celui que j’ai emprunté tard la veille. Je m’y étais enfoncé naïvement,croyant suivre la bonne rivière! Le soir de cette catastrophe,j’ai eu un nouveau mal à la hanche droite,une fasciite qui commençait à droite et celle de gauche qui revenait. Je marchais tellement lentement par rapport au matin que j’ai rejoint le point frauduleux le lendemain en matinée.  Les orthèses n’étaient pas au point,assurément. C’est à la frontière après plus de 12 km,incertain du pays dans lequel j’étais où ces nouvelles douleurs sont disparues instantanément,quand j’ai remis mon vieux setup de semelles. Setup avec lequel le devant du pied gauche est ultra sensible et je dois marcher à maximum 5 km/h pour ne pas empirer la situation! Plonger les pieds dans l’eau aussi souvent que possible pour diminuer l’enflure.

Rendu à Fort Fairfield,une journée plus tard que prévu,Tony de l’hôtel de ville m’a aidé à trouver l’information sur le sentier dans le Maine (il l’a construit ici 14 ans plus tôt),acheté du gaz pour mon brûleur,apporté au IGA et reconduit à la frontière pour la suite de mon périple. Et c’est ainsi que j’ai goûté au premier site de camping “lean to”du Maine après que Bob m’ai ramené sur le sentier,puisque je m’étais encore perdu sur 6 km! Hahaha! C’est devenu une joke pour moi tellement le sentier est mal balisé!

Le lendemain Jim me trouva en bobette,mangeant mon riz au thon,assis en plein milieu du sentier directement sur la ligne entre les deux pays,à faire sécher mon barda. Jim peinture les bornes de la frontière et est très enjoué de voir un thru hiker le faire à pied! C’est pour dire que je venais de franchir un secteur plutôt marécageux! À un moment donné,mes deux pieds se sont enfoncés jusqu’aux genoux et je continuais à caler! Il appelle ça la bouette mouvante où tu t’enfonces à jamais. Il y a aussi un castor sceptique,incertain de sa nationalité,qui s’est construit un barrage en plein centre de la ligne frontalière! Pour moi c’est un vrai Canadien voulant protéger une des ressources canadiennes,l’eau. Mais étant donné l’emplacement direct sur la ligne,j’étais plutôt sceptique..

Suite à quoi j’ai pu apprécier la splendide vue du haut de la colline de Mars Hill. Centre de villégiature par excellence pouvant accueillir 28 éoliennes et plusieurs centaines de skieurs. Bien sûr,les places sont toutes prises pour les éoliennes,inutile de partager le filon si vous en voyez une errante. (C’est très impressionnant à voir)

Au village de la colline martienne (Mars Hill),j’ai fait la rencontre d’une famille de 7 “hammish”. Bien qu’une branche bien spécifique de ces gens ne croit pas que la technologie soit bonne pour l’homme,eux croient en l’électricité et à la voiture. Mais pas d’ordi ni de télé pour les 5 enfants! Ils doivent s’occuper autrement! S’il existe un outil manuel pour faire le travail,c’est meilleur! Le plus vieux de 12 ans travaille même au champs à enlever les roches durant le congé d’été. Une famille plus qu’accueillante,offrant gîte,nourriture et hospitalité que j’ai malheureusement refusé pour deux raisons. J’avais peur,il était très tard,je trouvais louche l’énergie qu’ils dégageaient et c’était à 10 km d’où j’étais. Mais je savais qu’en leur disant à peu près où j’allais camper,j’allais revoir John en matinée.

La tente n’était pas visible du sentier et j’utilisais ma frontale rouge pour minimiser l’étendue de ma lumière. J’étais comme dans une scène d’un film de James Bond où l’on doit se cacher correctement pour fuir les “méchants”! Haaa ce que l’imagination peut nous faire vivre comme émotions! Même les VTT y mettaient du leur en roulant jusqu’à minuit,sillonnant en aller-retour le sentier. Peut-être avaient-ils été avertis de ma présence par la gang de jeunes qui glandait au dépanneur une heure plus tôt!

Comme prévu (!),John se pointa en vélo après le déjeûner pour une bonne discussion. Tout en défaisant ma tente j’ai appris à connaître ses croyances où ça s’arrêtait et d’où ça partait. Il était intrigué par mon voyage,mon équipement et mon style de vie. Le reste de la journée fut assez plate. Mon pied gauche allait bien,contrôlant ma vitesse maximum à 5 km/h et le temps maximum entre les pauses à 2:30 environ. De quoi marcher sainement quoi. Durant cette plate journée,une femme combla le manque de collation en m’offrant une pâtisserie fruitée et des bouteilles d’eau glacée. Comme si le fait que j’aie oublié d’acheter des collations était un signe de la vie. J’en était déjà persuadé!

L’orthopédiste m’a dit que selon l’usure de mes bottes,les douleurs décrites plus haut étaient normales. Mes bottes sont toutes déformées à l’usure et n’offrent aucun soutien. Pour avoir un bon résultat avec les semelles qu’il a conçues,je dois me procurer de nouvelles bottes. J’ai aussi oublié mon dernier bâton de marche dans la boite du pickup qui m’a ramené en ville. Je comptais sur la ville de Houlton pour me dépanner,mais après avoir fait le tour de la ville,aucune boutique ne vend de l’équipement de plein air. Un petit appel au centre de logistique Bourk du sentier des Appalaches s’imposait. Mon paternel s’est alors empressé d’aller au devant de mes problèmes en courant chez Camp de base pour quérir l’équipement nécessaire. Quel bonheur d’être bien accompagné!

Mon premier choix de bâton de marche semble avoir été mauvais et mes pieds nécessitent plus de soin que prévu…Dépenses supplémentaires non souhaitées. Mais enfin,ça fait partie de l’aventure n’est-ce pas?

En faisant le tour de la ville,loin dans le stationnement,un autre comme moi m’a pointé du doigt alors que je faisais la même chose que lui,tout souriant! Imaginez la scène! Deux barbus à gros sac,en short se pointant du doigt l’air ébahi! Il arrivait de la Georgie et marchait jusqu’à mon point de départ. Tex the redwood voyageait avec sa femme sur le Sentier des Appalaches alors qu’elle s’en est retournée à la maison,à cause d’une douleur aux genoux. Il était vraiment content de rencontrer un SIA thru-hiker qui va vers le Sud! Le premier et probablement le dernier,si la tendance se maintient!

Nous avons fait l’épicerie ensemble,partagé les détails du sentier à venir et il me légua ses substances illicites pour ne pas passer la douane frauduleusement. Son plan est de faire la moitié du NB en canot,comme le suggérait la majorité des piliers du sentier. Ce que je ne pouvais pas faire puisque la rivière coule de l’autre bord. Vous pouvez aussi suivre Tex the red redwood sur Www.saraandnick.blogspot.com.

Cette semaine j’ai eu pour la première fois le sentiment que je ne pourrais possiblement pas faire la totale de mon voyage si je n’avais pas enlevé les orthèses de ces bottes trop usées. Les douleurs étaient devenues articulaires et pas moyen de trouver un style de marche pour les maintenir à un état endurable. Par chance que j’avais gardé mon vieux setup juste au cas où!

Il y a un randonneur qui a suivi notre périple à travers les livres de commentaires des différents sites de campings de la réserve! Il a même rencontré notre bénévole tout dévoué,Rémi. C’est vraiment gentil d’être passé sur unelonguemarche pour me saluer suite à ta randonnée Alain!

La prochaine étape consiste à traverser le parc Baxter et le fameux Mont Katahdin,terminus du SIA et grand départ pour le AT (Appalachian trail).

À bientôt!

Sim

Share

3 comments to Jour 52,Houlton (Maine),1000 km

  • Marc

    Hey hey!!
    Ce soir,j’ai fait une petite de lecture de ratrapage,car ça fesait un p’tit bout que j’étais pas venu te lire. C’est toujours aussi palpitant ton aventure. Super tes photos et tes textes…Pendant la lecture,des fois j’ai l’impression d’être moi aussi sur la SIA!!
    Je souhaite que ça se place pour ton pied gauche…
    Take care !!

  • Cindy

    I just read all your entries and I love the way you discribe everything…Please take care of that foot! You are in our thoughts and prayers. The pictures are great!!! hope all your electronics are working well. love you!!!

  • Nathalie

    Salut Simon!

    Un seul mot:wow! La lecture de tes pérépities est simplement délicieuse. Je viens de relire toutes tes expériences depuis le début de ton aventure et je peux t’assurer que tu as toute une plume. J’avais l’impression d’être à tes côtés et de vivre avec toi ce périple,sans toutefois avoir le 1/100 de l’effort à fournir.. :)

    C’est certain que tu sortiras grandi de cette longue marche et ce sera pour le plus grand bien des gens qui t’entoureront à ce moment…

    Ne lâche pas Simon!

    Un rêve devenu réalité. ENJOY!