//-->

Categories

Archives

Jour 220,Damascus,3854 kmJour 220,Damascus,3854 km

Je profite de mon passage à la poste de Marion pour faire le ménage de mon sac d’équipement. J’y entreposais le surplus d’équipement d’été ou pour un hiver encore plus mauvais. J’ai donc retourné à la maison des lourds items tels que mon vieux chaudron,deux canifs multifonctions,un très chaud pantalon en polar,mes deux bouteilles Nalgènes et d’autres cossins.

John,agent au service à la clientèle du bureau de poste,me ramène au sentier avec un sourire qui ne décroche pas. Il est vraiment heureux de voir un randonneur à ce temps-ci de la saison. Il m’annonce qu’il va y avoir de la neige,et encore plus de neige dans 3 jours environ. Je suis surpris. Je repense à la dernière fois qu’on m’avait averti avant les fêtes. Je ne m’attendais vraiment pas à autant de neige. Cette fois,je suis prêt. J’ai mes raquettes et tout mon barda pour affronter ce genre de température. Au pire des cas,je serai à Damascus dans 3 jours. C’est LA ville pour les Hikers.

J’amorce la marche de 16 km jusqu’au prochain abri en début de soirée. Il fait bon dehors,pas trop froid,pas trop chaud. La neige a commencé à tomber,parfois par de gros flocons,parfois de façon horizontale et d’autres fois en petite neige légère. La neige cesse de tomber alors que j’arrive à ma destination plus tard en soirée.  C’est le modèle de shelter avec un foyer à l’intérieur.

Au matin,la neige recommence à tomber en gros flocon. La montagne me fait monter doucement. Aujourd’hui je vais monter à 5000 pieds. Ça fait longtemps!  La dernière fois c’était dans les Whites,140 jours plus tôt. J’arrive sur le haut de la montagne après le coucher du soleil. Au moment précis où le vent se lève. Il neige toujours. Maintenant ça me fouette en plein visage. J’évolue alors sur le plateau de la montagne avec une température en chute libre et des bourrasques de vent qui me font tituber. Il vente tellement fort que mon couvre sac s’est envolé. Ça s’est passé au même moment où j’observais un arbuste se débattre contre le vent. C’est incroyable toute cette force qui a dans le vent et pourtant,le petit arbuste à bien survécu. La neige à recouvert le sentier et c’est difficile trouver les repères de piste dans le blizzard. Je trébuche ici et là,sur la glace enfouie. Puis,de retour à la ligne des arbres,mes pieds se prennent des les branches au sol. Plusieurs arbres sont tombés et le sentier est devenu un terrain accidenté. On dirait que je faiblis. La seule chose à laquelle je pense c’est la sécurité et le confort de ma destination:trois murs et un toit.

Imaginez la surprise que j’ai eue lorsque que deux poneys ont traversé le sentier. Je les ai surpris. Et oui! Des poneys sauvages vivent dans le parc du Mt Rogers. C’est ce que j’ai appris sur une affiche d’information au parking sur le plateau. Incroyable! Des troupeaux de poneys se terrent quelques par dans les buissons de ses fabuleuses montagnes.

La neige virvolte jusque dans le fond du shelter et je dois me couvrir convenablement pour la nuit. J’y installe donc une toile pour me protéger.

J’étais un peu triste au matin. J’étais persuadé que j’avais manqué le clou du spectacle durant la nuit. De voir ces troupeaux gambader dans les vallons. Pas moins de 20 pieds plus tard (à partir du shelter),trois charmants poneys tentent de se nourrir,du mieux qu’ils le peuvent. Alors je m’installe! Caméra sur le trépied,herbes à la main,je m’approche. L’un d’eux me regarde d’un seul œil,en attente. Puis il se rend compte que je tiens des herbes sèches. Pfff,aucun intérêt,il se retourne,creuse avec sa patte et déniche de l’herbe un peu verte. Ahah! Je fais pareil! Me voilà armé d’une poignée d’herbe verte. Je séduis donc mon prochain poney,plus jeune,plus fougueux. Il me donne des coups de tête alors que je le touche. Il mange les herbes délicatement dans ma main. Succès! J’ai toujours mes dix doigts!

Ah zut! Ma carte mémoire est pleine. Les poneys se sont regroupés autour de moi le temps de changer la carte. Le plus vieux est en attente d’un miracle tandis que le plus jeune s’affaire toujours à dénicher son festin. Après quelques minutes je leur exprime ma reconnaissance et je quitte les lieux sur un nuage de bonheur. La journée est fabuleuse,presque pas de vent,un gros soleil et un ciel bleu. Qu’est-ce tu veux de mieux?!

Un peu plus tard mon moral est tombé à pic,mort. Voici une jument mourante. On dirait qu’elle a donné naissance à un poulain dernièrement. Elle est incapable de bouger. Sa peau est sur ses os. Elle lève la tête et bouge sa patte à mon arrivée. Après un court  instant,elle repose doucement sa tête au sol et ferme les yeux. Épris d’émotions,je vais la voir et tente de lui donner un restant d’épinards séchés. Elle liche mes mains,mais ne mange rien. Puis,une fois de plus,repose sa tête et ferme les yeux. Je reste debout à regarder la scène,le visage « vide » et impuissant.

Les sangles de mon sac se brisent tandis que je l’agrippe par l’avant. J’ai dépassé largement le poids recommandés durant la dernière semaine. Ce sont les deux sangles qui tiennent le petit sac du haut qui sont brisées. Rien de grave,mais je dois reprendre mon vieux sac à dos pour l’hiver,il est peut-être lourd mais ultra durable,

L’après midi reste serein. Le vent s’est levé,le ciel est toujours bleu. Je peux voir plusieurs troupeaux de poneys sauvages ici et là. Le temps passe et la pénombre s’installe. Le coucher de soleil est sublime du haut de  Whitetop. Ma peine s’estompe tranquillement mais l’image de la jument reste. C’est un endroit sauvage et reculé. Les gens du village me racontent des histoires semblables. Tous ont le même sentiment d’impuissance. C’est ça la vie sauvage.

Les logs indiquent que Letitbe marche vers le nord. C’est donc ses traces que je suivais plutôt dans la journée. Je croyais que c’était un habitant qui marchait comme ça. Ses traces ne suivaient pas vraiment le sentier. Finalement,le lendemain au bar du coin,il me dit qu’il s’était perdu. J’ai aussi appris que GG à fait une tentative de retour sur le sentier. Ils devaient se rejoindre et reprendre leur marche ensemble plus au nord mais il semble qu’elle soit retournée à la maison définitivement.

Durant le temps des fêtes,elle a présenté le sentier des Appalaches aux étudiants de sa mère. Ils étaient si emballé par cette présentation qu’ils ont fait des cartes de remerciements! Vous pouvez les voir si bas.

J’arrive en début d’après midi,le lendemain,au village. Suite à une belle petite marche matinale,le proprio du magasin de plein air et moi nous nous sommes bien bidonnés à regarder l’usure de mon équipement. Les bretelles du sac à dos sont devenues deux fois plus étroites que les originales et mon matelas de sol est la moitié de son épaisseur de départ. J’en ai donc acheté un nouveau. La nuit,c’est fréquent,j’ai froid dans le dos.

Et voilà! L’état de la Virginie est terminé. Une belle randonnée monochrome,ponctuée d’incroyables rencontres,de conditions hivernales intenses et de paysages à couper le souffle. C’est maintenant le tour des montagnes du Tennessee et de la Caroline du Nord à me faire de l’œil. Ce samedi,il devrait tomber plus de 20 cm de neige. Ma vitesse de marche va certainement diminuer considérablement. Par contre,le paysage devrait être habillé d’un beau manteau blanc pour l’occasion. Ça reste à voir!

Je vais rester la fin de semaine dans cette petite ville pour fignoler quelques trucs. Saviez-vous que le sentier va bien au-delà des limites de mon objectif courant (4500km). En fait,il commence à Terre Neuve,passe par la nouvelle Écosse,puis l’ile du Prince Édouard pour s’enchaîner avec Cap Gaspé et se terminer à Key West en Floride. Ça fait un total d’environ 8500km. La majorité des gens appelle ça le sentier international des Appalaches et c’est aussi connu sous le nom du sentier continental de l’Est.

À bientôt !

Simon (SpAz)
www.unelonguemarche.ca

À venir (jours estimés à partir du 1ier février)
Erwin,TN 37650 (10-12 jours)
Hotspring,NC 28743 (15-17 jours)
Fontana dam,NC 28733 (24 jours)
Helen,GA 30545 (30 jours)

__________________________________________________
Inscrivez vous aux notifications par courriels

Inscrivez vous aux notifications par RSS

Translate in English

Share

Comments are closed.